AIP Remise, mercredi, du Prix Houpouët-Boigny pour la recherche de la paix à Angela Merkel (Lever de rideau) AIP Des personnes âgées prennent part à des activités physiques à la 4ème édition de la «ronde du social» AGP Mondial des Clubs: AL HILAL se qualifie en finale AGP Guinée/Procès des événements du 28 septembre: Paul Mansa Guilavogui ne reconnait pas les charges articulées contre sa personne AGP Mamou: Inauguration de plusieurs infrastructures sociales de base à Bhouria AGP Kankan : Près de 10 hectares d’une plantation d’anacardiers et d’orangers ravagés par le feu MAP L’Afrique du Sud, « un pays qui s’effondre » après des années de corruption (opposition) MAP Le plus grand système de câbles sous-marins au monde arrive en Afrique du Sud MAP Dix partis politiques en lice pour les élections sénatoriales au Cameroun MAP « Symphonie africaine”: une fresque murale de l’artiste Moustapha Zoufri embellit une façade du musée Mohammed VI d’arts moderne et contemporain

«La seule façon de devenir un pays central est d’être un pays numérique» – Olavo Correia


  18 Décembre      37        Technologie (781),

   

Praia, 18 déc (Inforpress) – Le vice-Premier ministre, Olavo Correia, a souligné, à Praia, la nécessité de se concentrer sur le numérique pour que Cabo Verde soit un pays central et mondial avec des opportunités pour les jeunes.

Olavo Correia s’exprimait lundi lors de la signature du protocole d’accord avec IBM – International Business Machines, pour le développement des compétences numériques au Cabo Verde.

Dans ses propos, le ministre des Finances a également commencé par souligner que «le monde change à un rythme vertigineux», avec des nouveaux concepts se révélant complètement différents du siècle dernier.Aujourd’hui, par exemple, a-t-il mentionné, nous parlons de phénomènes tels que la quatrième révolution industrielle, la 5G, la robotisation, l’intelligence artificielle, la Blockchain, les technologies cloud et Dig Dater, «concepts de modernité» que selon Olavo Correia Cabo Verde doit s’approprier pour faire partie de ce grand monde.

«Nous devons créer des opportunités en Afrique, dans nos pays. C’est notre obligation en tant que dirigeants des pays africains. Mais nous voulons également compter sur nos partenaires, car c’est la seule façon de stopper l’émigration vers l’Europe et le reste du monde », a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie