AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’ONS rassure sur le bon déroulement des travaux de la pelouse du stade de Yamoussoukro AIP La CEI évalue le projet d’appui aux élections en Côte d’Ivoire avec ses partenaires AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La CEI, le PNUD et leurs partenaires évaluent le projet d’appui aux élections AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Centre de documentation et d’information de l’OMS inaugurée AIP Eliminatoires Mondial 2022/ La Côte d’Ivoire choisit le Bénin pour accueillir ses prochaines rencontres APS LE SÉNÉGAL VEUT AUGMENTER L’APPORT DE LA FILIÈRE SALINE À SA CROISSANCE ÉCONOMIQUE GNA Corporate governance critical for Africa’s future GNA GTA expectant of significant domestic tourism growth amidst COVID-19 GNA Speaker Bagbin launches second edition of Inter Schools Public Speaking Competition GNA Cancer patients urged not to lose hope in fighting the disease

La malnutrition aiguë en baisse à Louga entre 2016 et 2017 (Responsable)


  27 Décembre      39        Santé (11588),

   

Dakar, 26 déc (APS) – La malnutrition aiguë a connu une baisse dans la région de Louga (nord), où elle est passée de 16 % à 14 % de la population entre 2015 et 2017, a-t-on appris mercredi du chef du bureau régional de la Cellule de lutte contre la malnutrition, Ndèye Rokhaya Seck.

« La malnutrition a évolué au Sénégal et dans toute la zone nord. Dans la région de Louga, elle est passée de 16 % à 14 % entre 2015 et 2017 », a-t-elle dit lors d’une réunion du comité régional de suivi de la nutrition.  Selon Mme Seck, la situation globale de la malnutrition chronique s’est améliorée au Sénégal, mais « beaucoup d’efforts restent à faire pour son éradication ».

« En plus des problèmes de malnutrition par déficit, d’autres formes de malnutrition par excès, telles que l’obésité (6,4 %) et le surpoids (15,8 %), sont en train de se développer au Sénégal », a-t-elle signalé.

« Dans notre pays, a souligné Mme Seck, on n’a pas encore pris conscience que le surpoids et l’obésité sont des formes de malnutrition qui entraînent des maladies comme le diabète, l’hyper-cholestérolémie et l’hypertension. »

Elle rappelle que le Sénégal s’est doté en 2015 d’un document de politique nationale de développement de la nutrition, qui définit « les orientations stratégiques » et « les principes directeurs » à suivre en matière de nutrition pour 2015-2025.

« C’est dans ce contexte d’opérationnalisation et de mise en œuvre de la politique de nutrition que s’inscrit l’élaboration du Plan stratégique multisectoriel de la nutrition (2018-2022), avec l’engagement et l’implication de toutes les parties prenantes, à travers 12 plans d’action sectoriels », a indiqué Mme Seck.

Ces plans d’action sectoriels élaborés par 12 secteurs d’activité, dont l’agriculture, l’éducation, l’élevage et l’environnement, seront mis en œuvre, avec la participation du secteur privé et de la société civile.

Dans la même catégorie