ANP Tahoua : Cérémonie de réception d’un centre de prise en charge holistique des victimes de violences basées sur le genre ANP Tillabéri : Inauguration du laboratoire d’agro-écologie de l’Université Boubakar Bâ couplée à une journée porte ouverte ANP La journée mondiale contre le travail des enfants célébrée à Dosso ANP Niger : La Fondation Issoufou Mahamadou (FIM) tient sa première Assemblée Générale à Niamey GNA Assemblyman donates 30 coconuts seedlings GNA Komenda College of Education launches ‘One Student, One Tree’ Project. ACI l’Arpce appelée à plus de rigueur pour la sécurité des consommateurs ACI Point sur les chiffres fiscaux du budget indicatif de la loi rectificative APS ABDOULAYE FAYE ÉTAIT PÉTRI DE COURAGE ET D’INTÉGRITÉ (MACKY SALL) APS CORONAVIRUS : UN DÉCÈS ET 52 NOUVEAUX CAS ANNONCÉS

L’autonomisation de la femme est un vecteur de solidarité


  18 Mars      24        LeaderShip Feminin (320),

   

Niakara, 18 mars (AIP)- Le Chef du service de la protection de l’enfance et de la femme au tribunal de Korhogo, Franck Kambo Kouamé, estime que l’autonomie financière de la gente féminine, à travers l’exercice d’activités génératrices de revenus, est un vecteur de solidarité, d’entraide et de cohésion sociale.

A l’occasion de la commémoration de la Journée internationale des Droits de la femme (JIF) 2020, une conférence sur le thème, « La promotion de la femme, un atout pour une paix durable en Côte d’Ivoire », a été dite, jeudi dernier, sur le site 2 de la Sucrerie d’Afrique en Côte d’ivoire (SUCAF-CI), à Badikaha (Niakara, région du Hambol).

Pour le conférencier, la promotion de la femme est catalyseur de la paix sociale. Une femme promue se sent considérée, aimée et confiante, par conséquent, elle va irradier son foyer, sa communauté et la société par la paix qu’elle y apporte à travers son engagement inconditionnel, son dynamisme et sa persévérance à toute épreuve, a-t-il ajouté.

« La femme, autonome financièrement, est prompte à aider pour apporter la paix et la stabilité dans son foyer, sa famille et sa communauté. Elle est en première ligne lorsqu’il s’agit de contribuer au règlement des désaccords et autres mésententes car plus sensible, plus tolérante et plus conciliante », a-t-il fait savoir

Dans la même catégorie