MAP SM le Roi préside la cérémonie d’inauguration de l’écosystème du Groupe PSA au Maroc, une nouvelle illustration de l’excellence du « Made in Morocco » INFORPRESS INSP garante que a mortalidade infantil no período neonatal não é alarmante mas sim um desafio – INSP INFORPRESS Jorge Santos considera que o Tribunal de Justiça da CEDEAO é um instrumento privilegiado para proteger os cidadãos INFORPRESS Ministro do Turismo defende trabalho articulado entre Governo e privados para que cruzeiristas gastem mais no país ANP Mécanisme d’évacuation d’urgence des réfugiés : plus de 1300 évacués de la Libye au Niger réinstallés (HCR) AIB Les archivistes, les documentalistes et les bibliothécaires dénoncent les difficiles conditions de travail AIB Le président du Faso Roch Kaboré « ne semble pas comprendre que la réconciliation nationale est la seule voie de salut pour le Burkina Faso » (Yacouba Isaac) AIB Burkina : Le président Kaboré reçoit un rapport sur la libre circulation des personnes et des biens ACI CONGO: NÉCESSITE POUR LES ETATS D’HARMONISER LES POLITIQUES POUR FAIRE RÉGNER LA SÉCURITÉ ACI CONGO: CÉLÉBRATION DU 25EME ANNIVERSAIRE DU PARTENARIAT POUR LA CONSERVATION DU PARC NOUABALE-NDOKI

Ghana : de nouvelles mesures fiscales pour stimuler la croissance


  10 Juillet      47        Economie (23980), Finance (3780),

   

Accra, 10/07/2018 (MAP), Le gouvernement ghanéen compte introduire de nouvelles mesures fiscales, dans l’objectif de stimuler la croissance et maintenir la stabilité macroéconomique, a fait savoir le vice-ministre des finances, Kweku Kwarteng.

« Ces mesures fiscales, qui interviennent dans le cadre de la traditionnelle modification budgétaire de mi-année, ont pour objectif d’augmenter les recettes de l’Etat et de générer davantage de ressources pour la deuxième moitié de l’année 2018 », a précisé M. Kwarteng, cité mardi par la presse locale.

Selon le responsable ghanéen, ces mesures sont nécessaires pour maintenir la stabilité budgétaire et permettre au gouvernement d’atteindre ses prévisions de dépenses pour le reste de l’année, sans remettre en cause les acquis du secteur privé.

Ces mesures seront présentées au parlement fin juillet courant par le ministre des finances, Ken Ofori-Atta, a-t-il affirmé.

Le gouvernement ghanéen vise à ramener le déficit budgétaire à 4,5% du PIB en 2018, contre un taux révisé de 6,3%, alors que l’inflation devrait baisser à 8,9%. La croissance du PIB devrait atteindre à la fin 2018 6,8%, contre 7,9% en 2017.

Dans la même catégorie