MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  16 Mars      20        revue de presse (625),

 

Dakar, 16/03/2023 (MAP) – Plusieurs sujets d’actualité font la Une de la presse africaine de ce jeudi qui aborde notamment la marche avortée du parti Pastef au Sénégal, le soutien apporté aux familles endeuillées par le naufrage du bateau Ester Miracle au Gabon, les problèmes de circulation de nairas au Nigeria, la criminalité dans la province de Gauteng en Afrique du Sud et les relations entre l’Ethiopie et les Etats-Unis.

Au Sénégal, la marche avortée du parti Pastef (Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) du leader de l’opposition Ousmane Sonko, bloqué chez lui par les forces de l’ordre, son procès l’opposant au ministre du Tourisme et des Loisirs Mame Mbaye Niang, fixé ce jeudi, résument l’actualité du jour dans les parutions.

‘’Régime de fer contre Sonko’’, affiche le journal ‘’En Quête’’ , soulignant que ‘’le leader de Pastef, bloqué chez lui, la manifestation attendue à Dakar a tourné court ».  Un journaliste et des députés blessés, dont Guy Marius Sagna. Pastef dénonce un placement sous résidence surveillée, sans base légale et appelle à poursuivre la mobilisation. L’Alliance pour la république (APR, au pouvoir) dénonce un appel à l’insurrection. Ailleurs, les manifestations prévues ont eu lieu sans heurts, sauf à Keur Massar (banlieue dakaroise) où elle a été interdite’’, informe la publication.

Sous un titre ironique ‘’Coups à cœur Gorgui’’, le journal ‘’Le Quotidien’’ revient sur ce foyer de tensions observé à la Cité ‘’Keur Gorgui’’, quartier de résidence de Ousmane Sonko. D’après le journal, ‘’les Forces de défense et de sécurité (Fds) bloquent Sonko chez lui et déjouent le plan de ses partisans. Interdits de marche à Keur Massar, des manifestants s’en prennent à une station service’’.

Pour le quotidien ‘’Source A’’ lors de la première manche de leur bataille d’hier, mercredi, pour la conquête de la rue publique, ‘’Yewwi neutralisée’’.  Dans un commentaire, le média écrit ‘’Ousmane Sonko a été +emprisonné+ dans son propre domicile de la Cité Keur Gorgui, son fiston n’a même pas pu rallier son établissement pour suivre ses enseignements. Le leader de Pastef a été obligé de rentrer chez lui avec ses gardes du corps, de vraies montagnes à muscles qui n’ont eu que leurs yeux pour pleurer le triste sort réservé à leur mentor. Quelques députés de Yewwi Askan Wi (opposition-libérer le peuple), venus prêter main forte au +chef+ de l’opposition, ont été chargés à coup de grenades lacrymogènes. Touché à la cuisse, Guy Marius Sagna baisse son pantalon, caleçon de député au vent, pour montrer sa blessure’’, relate le journal.

Toujours sur la marche du parti Pastef, ‘’L’Observateur’’,note à sa Une ‘’Pas de bruit’’. Il fait part d’un ‘’impressionnant dispositif sécuritaire au domicile de Sonko et les manifestations sporadiques. L’absence remarquée des leaders de Yewwi. Les agresseurs s’invitent à la marche à Keur Massar.

D’autre part, les quotidiens du jour, réservent également une brèche à l’affaire Ousmane Sonko contre Mame Mbaye Niang. ‘’Sonko se blinde avec ses avocats étrangers et récuse le juge’’, titre ‘’Les Echos’’.  Selon la parution, ‘’la demande de récusation du juge déposé hier sur la table du 1er président de la Cour d’Appel. Un avocat burkinabé, un Marocain, un Français intègrent le pool de la défense et +demandent le renvoi+’’, indique le média.

‘’Tribune’’ signale ‘’Un procès dans la rue’’ et parle d’un face à face inévitable avec Mame Mbaye Niang.

Selon la publication, le leader de Pastef refuse d’être jugé… Les forces de l’ordre en alerte +Gaïndé+ (lion en langue nationale), alors que le mouvement citoyen +Y en a marre+ exige la levée du blocus mais aussi, les patriotes restent prêts à l’affrontement’’.

Dans un autre registre, ‘’Le Soleil’’ se focalise sur les performances sportives du Sénégal sous le titre ‘’investissements et retours gagnants’’. Un pari réussi sur l’expertise locale, ajoute le quotidien national.

Au Gabon, « L’Union » écrit que le président de la République, Ali Bongo Ondimba et son épouse Sylvia Bongo Ondimba ont effectué, mercredi, un déplacement au port-môle de Libreville, pour apporter un soutien aux familles endeuillées par le naufrage du bateau Ester Miracle, survenu le 9 mars dernier.

La descente du couple présidentiel intervient au lendemain de la sortie de l’épave du bateau, de 15 nouveaux corps, faisant un bilan total de 21 corps retrouvés, ajoute le journal.

« Avec mon épouse, la Première dame Sylvia Bongo Ondimba, nous nous sommes rendus ce mercredi 15 mars au Port-Môle pour soutenir les familles éplorées, suite au naufrage de l’Esther Miracle » , a écrit le chef de l’Etat sur sa page Facebook.

Après le Port-Môle, poursuit-on, le couple présidentiel s’est rendu à la Cathédrale Sainte-Marie de Libreville pour assister à une messe en  mémoire des victimes.

« Beaucoup d’émotion, beaucoup de tristesse. Nous prions pour que Dieu les accueille à ses côtés », a dit le chef de l’Etat.

La sortie du couple présidentiel au Port-Môle, intervient après celle effectuée le 10 mars dernier sitôt après le déroulement du naufrage, rappelle le quotidien.

Au Nigeria, « The Guardian » écrit que le silence de la Banque centrale du Nigeria (CBN) sur les billions de nairas qu’elle a retirés du système financier continue de jeter le doute sur la possibilité de parvenir à une circulation suffisante de nairas à court terme, après la directive de lundi soir exhortant les banques à se conformer à l’arrêt de la Cour suprême prolongeant la validité des anciens billets de banque jusqu’au 31 décembre 2023.

Cette déclaration est intervenue quelques jours après que certaines banques ont commencé à émettre les anciens billets dans leurs coffres, indique le journal, ajoutant que certaines banques avaient épuisé les billets en leur possession avant la directive de la CBN – une raison que la majorité d’entre elles n’avaient pas à donner, lorsque la directive réglementaire est entrée en vigueur.

Citant des sources internes, le quotidien révèle que certains directeurs de banque ont utilisé l’arrêt de la Cour suprême pour libérer les liquidités « bloquées » en leur possession, tout en rejetant les dépôts de vieux billets.

Les dirigeants des banques s’inquiétaient déjà de ce qu’ils allaient faire des billets qu’ils avaient collectés au plus fort de la crise sans directive claire de l’autorité de régulation, fait remarquer la publication.

En Afrique du Sud, les journaux commentent les statistiques trimestrielles sur la criminalité dans la province de Gauteng qui comprend la capitale Pretoria et la métropole économique Johannesburg, notant que la criminalité dans le pays est devenue incontrôlable.

Eyewitness News relève à cet égard qu’avec 1721 personnes tuées entre octobre et décembre 2022 à Gauteng, la criminalité a pris une ampleur démesurée et elle est devenue un sujet d’inquiétude aussi bien pour les autorités que pour les citoyens. Cela se traduit par 19 morts quotidiennement, soit une augmentation de 151 morts par rapport à la même période de l’année précédente.

Relevant qu’au moins 102 cas de meurtres de justiciers ont été signalés dans la province au cours des trois derniers mois de 2022, le journal retient que la police n’avait pas réussi à lutter contre le crime.

Il précise qu’environ 50.039 crimes avec contact ont été enregistrés dans la province au cours de cette période, les voies de fait simples et la violence basée sur le genre représentant plus de 50 % du total. Les autres crimes de contact comprennent le meurtre, les infractions sexuelles et le vol qualifié.

Pour sa part, The Citizen rapporte que les statistiques ont également reflété que Gauteng est l’endroit le plus dangereux du pays, la province contribuant à 27,1% de la criminalité globale en Afrique du Sud à la fin de l’année dernière.

Le quotidien souligne que les enlèvements dans la province ont augmenté de 64,5 % avec 1 974 cas signalés, notant que les demandes de rançon, l’extorsion et la traite des êtres humains sont les trois principales causes d’enlèvements. «15.988 personnes ont été arrêtées pour divers crimes, soit une augmentation de 11,8% (1 688) par rapport à 2021/2022», précise-t-on encore.

En Ethiopie, « The Ethiopian Herald » consacre son éditorial aux relations entre Addis-Abeba et Washington qui connaissent “un nouvel élan”.

Les deux pays ont établi des relations diplomatiques il y a 120 ans, rappelle l’éditorialiste, notant que les États-Unis ont été un partenaire solide des efforts de développement de l’Éthiopie ainsi qu’un proche collaborateur pendant les périodes difficiles comme la grave sécheresse qui frappe périodiquement le pays.

L’éditorialiste note que l’un des principaux domaines de coopération entre les deux pays est la lutte contre le terrorisme.

L’Éthiopie est toujours ferme dans sa politique étrangère en s’engageant dans des relations fraternelles qui favorisent les liens socio-économiques, culturels et interpersonnels, écrit l’éditorialiste, ajoutant que par cette politique juste et équilibrée, elle est en mesure de cimenter des relations fortes avec des pays aux quatre coins du monde.

Dans la même catégorie