AIP Prix africain de l’innovation en ingénierie 2024 : un Ivoirien par les finalistes AIP Des conventions de partenariat signées entre l’AGEFOP et des structures pour l’exécution de projets d’étude et de formations AIP Africa CEO Forum : une délégation de haut niveau du groupe MTN échange avec le Premier ministre ivoirien AIP Une banque panafricaine réitère sa volonté de promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation sur le continent APS SENEGAL-COOPERATION / Ousmane Sonko a reçu en audience les ambassadeurs de quatre pays APS SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURES / Khady Diène Gaye promet d’améliorer la gestion des maisons de la jeunesse et de la citoyenneté APS SENEGAL-EDUCATION / Le gouvernement engagé à bâtir un capital humain de qualité sur la base d’une éducation attrayante (ministre) APS SENEGAL-FINANCE / Vers le déploiement de 1.106 volontaires de la microfinance dans les 14 régions APS SENEGAL-HABITAT / La production d’un plus grand nombre de logements impactera le loyer (ministre) MAP Togo : Le Premier ministre et son gouvernement démissionnent

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  11 Mars      72        revue de presse (625),

 

Dakar, 11/03/2019 (MAP) – Le crash dimanche du Boeing 737 d’Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi, la réaction de l’opposition au Sénégal après la présidentielle, la coopération entre la FAO et l’Afrique centrale et le différent diplomatique entre le Rwanda et l’Ouganda sont les principaux sujets traités par la presse africaine parue lundi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit dans un article intitulé « Présidentielle du 24 février 2019 : portée et significations de la victoire du candidat Macky Sall », que si on peut considérer comme close la page contentieuse de la présidentielle de 2019, tout au moins au plan juridictionnel, il n’en est pas ainsi du contentieux politique qui demeure et persiste, puisque le communiqué conjoint des quatre candidats de l’opposition stipule : « nous rejetons fermement et sans aucune réserve ce résultat », mais « nous ne ferons aucun recours devant le conseil constitutionnel ».

On peut affirmer sans risque de se tromper que c’est la première fois dans notre histoire électorale, vielle de plus d’un siècle et demi, qu’un scrutin soit contesté sans que des recours ne soient déposés auprès des institutions judiciaires compétentes, renchérit la publication, faisant remarquer que l’absence de recours équivaut, donc, en fait, à l’acceptation implicite des résultats proclamés.

Son confrère +Le Quotidien+ abonde dans le même sens et écrit dans une tribune intitulée « Réfléchir, encore réfléchir avant de dissoudre l’assemblée nationale », qu’ »une élection en cache d’autres, le président Macky Sall a fini d’être réélu, avec brio pour un second mandat de cinq ans, mais aussitôt que les résultats du scrutin du 24 février sont rendus publics, les esprits pensent déjà aux prochaines joutes électorales ».

Au Gabon, +l’Union+ qui titre « la FAO octroie 44 millions à la CEEAC », écrit que le Coordonnateur du Bureau sous-régional de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation (FAO) pour l’Afrique centrale, Hélder Muteia et le secrétaire général adjoint de la communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) Tabu Addallah Manirakiza viennent de signer un accord de projet portant sur l’appui à la promotion de l’entrepreneuriat et de l’employabilité des jeunes dans les chaînes de valeurs agricoles en Afrique centrale.

Et de poursuivre que ce financement de 78 mille de dollars américains permettra au secrétariat général de la CEEAC de réaliser des études portant sur la typologie des exploitants et des exploitations, selon les chaines de valeurs agricoles prioritaires des Etats, en plus de la mise en place d’un incubateur sous-régional pour les jeunes entrepreneurs agricoles selon les modèles appropriés.

Au niveau international, la presse s’intéresse au crash de l’avion d’Ethiopian Airlines survenu dimanche matin, peu après son décollage de la capitale Addis-Abeba et faisant 157 morts, notant que le gouvernement gabonais a présenté ses sincères condoléances au gouvernement éthiopien suite à ce drame.

Au Ghana, Daily Graphic+ rapporte que les États membres de l’Union européenne (UE) ont unanimement rejeté une proposition de la Commission exécutive de l’UE visant à inscrire le Ghana sur la liste noir des pays considérés comme une menace en raison de contrôles laxistes sur le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent.

L’engagement pris par le Ghana de mettre en œuvre un cadre pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme a été reconnu par l’organisme de réglementation mondiale, le Groupe d’action financière (GAFI), précise la publication.

Son confrère, +Ghanaian Times+ affirme l’absence de ressortissants Ghanéens dans le crash d’un avion d’Ethiopian Airlines survenu dimanche matin, peu après son décollage de la capitale Addis-Abeba.

Le Boeing 737 d’Ethiopian Airlines, qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi, s’est écrasé dimanche matin peu après le décollage faisant 157 morts, dont de nombreux étrangers.

Au Burkina Faso, +Sidwaya+ écrit qu’il y a 100 ans que la colonie de Haute-Volta, actuel Burkina Faso, a été créée, ajoutant qu’un siècle marqué d’histoires et de mémoire collective, dont les sillons ont été tracés par les filles et les fils de la patrie.

Pour rendre un hommage mérité à ces derniers, indique le journal, les plus hautes autorités du pays ont décidé de marquer une halte, à travers un colloque sur le centenaire de la création de la Haute-Volta.

Cette célébration se veut sobre, mais digne d’un centenaire avec de nombreuses activités tout au long de l’année 2019, souligne la publication étatique, relevant que ce colloque sera ponctué de communications de participants venant de cinq pays, à savoir la Côte d’Ivoire, la France, le Mali, le Canada et les Etats-Unis.

Le premier axe, selon +Sidwaya+ porte sur « L’évolution de la politique coloniale de la France: de la fin du 19e siècle à 1919 », le deuxième concerne « La gouvernance administrative de la France en Haute-Volta de 1919 à 1932 », tandis que le troisième s’intéresse à « L’exploitation économique, l’héritage social et la culture matérielle de 1919 à 1947 » et le quatrième a trait à « L’émergence d’une élite africaine porteuse de modernité, mais promotrice de la culture africaine ».

Selon le ministre burkinabè de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, cité par le journal, la France a créé la Haute-Volta, le 1er mars 1919, en fonction de ses intérêts et qu’elle a ensuite décidé en 1932, selon l’évolution de ses intérêts du moment, de la supprimer.

En Ethiopie, +FANA BC+ revient sur le crash dimanche du Boeing 737 d’Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi avec 157 personnes à bord qui ont toutes péri.

L’avion avec à bord 149 passagers et 8 membres d’équipage effectuait un vol régulier à destination de Nairobi et s’est écrasés 06 minutes après son décollage de l’aéroport d’Addis-Abeba près de Bishoftu à 60 km de la capitale, rappelle le groupe médiatique qui a publié la liste des nationalités des victimes de ce drame.

Le média éthiopien ajoute qu’un deuil national d’une journée a été décrété ce lundi.

Au Kenya, les quotidiens reviennent ce lundi sur le crash, dimanche matin, du Boeing 787 d’Ethiopian Airlines au sud d’Addis Abeba, et qui a fait 157 morts, dont 32 kényans.

Le journal +Daily Nation+ souligne que le Kenya a été le pays le plus touché par ce drame qui a coûté la vie à 32 de ses ressortissants, y compris le commandant de bord de l’appareil, « un pilote très expérimenté ».

Citant le directeur général du groupe des compagnies aériennes, M. Tewolde Gebre-Mariam, le journal rapporte que le capitaine Yared Mulugeta, de nationalité kényane mais d’origine éthiopienne, « était un pilote expérimenté qui pilotait le même avion depuis novembre 2007 ».

« Son premier officier, M. Ahmednur Mohamednur, totalisait plusieurs heures de vol », a révélé M. Tewolde lors d’un point de presse à Addis-Abeba, après s’être rendu sur les lieux de l’accident.

Pour sa part, le journal +The Star+ rapporte que le PDG du groupe a révélé que l’avion Boeing 737 Max-8 avait été soumis à un entretien régulier le 4 février 2019.

Au Rwanda, +The New Times+ écrit que le président rwandais Paul Kagame s’est exprimé ce weekend sur la Querelle diplomatique entre Kigali et Kampala en soulignant que le Rwanda a déployé des efforts au cours des dernières années pour parvenir à la normalisation des relations entre les deux pays voisins mais sans résultats tangibles.

Le chef d’Etat rwandais, lit-on, qui s’exprimait à l’ouverture de la 16ème « Retraite Nationale Annuelle du Leadership », a accusé l’Ouganda de soutenir et d’abriter des éléments qui menacent la stabilité du Rwanda, dont le groupe rebelle « le Congrès national rwandais (RNC) ».

Par ailleurs, le président Kagame a dénoncé les arrestations arbitraires, les tortures et les expulsions illégales exercées par les autorités ougandaises contre les Rwandais sur le sol de l’Ouganda, ajoute la publication anglophone.

En outre, +Kigali Today+ écrit que le président rwandais, Paul Kagame a fait part de ses condoléances aux familles des victimes du crash d’un avion d’Ethiopian Airlines assurant la liaison Addis-Abeba -Nairobi avec à bord 157 passagers.

Dans un tweet publié dimanche, le chef d’Etat rwandais a exprimé son soutien et son entière solidarité avec les autorités et le peuple éthiopien, indique le journal.

Par ailleurs, le média ajoute qu’un ressortissant rwandais figure parmi les victimes du crash d’un Boeing 737 d’Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison entre la capitale éthiopienne et Nairobi, citant un communiqué de la compagnie aérienne éthiopienne.

En Côte d’Ivoire, +Fraternité Matin+ rapporte que de nouveaux textes visant à l’amélioration du cadre juridique des entreprises publiques seront bientôt adoptés en Conseil des ministres. Le journal gouvernemental cite le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé du budget et du portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo.

La publication souligne que le cadre juridique de ces entités connaît un renforcement par la révision des textes relatifs aux entreprises publiques.

Au titre de la gestion du Portefeuille de l’Etat, peut-on lire, l’année 2018 a été marquée par l’implémentation d’un cadre d’anticipation et de gestion des risques incluant la mise en place de différents outils dont les indicateurs infra-annuel de suivi des entreprises publiques mais également la détermination des risques budgétaires liés aux entreprises publiques.

Sur un autre registre, +L’Intelligent d’Abidjan+ fait savoir que l’écrivain ivoirien Bernard Binlin Dadié, a rendu l’âme samedi à Abidjan à l’âge de 103 ans. Romancier, nouvelliste, poète et dramaturge, Bernard Dadié est l’une des figures tutélaires de la littérature ivoirienne. Le défunt était considéré comme le père de la littérature ivoirienne.

Né en 1916 à Assinie dans le sud ivoirien, l’homme de lettres qui a marqué de son empreinte la culture ivoirienne, était également engagé politiquement dans la lutte anti antocoloniale auprès du premier président ivoirien Félix Houphouët-Boigny.

Dans la même catégorie